Installation , 2015, Photo: didierlecoq.com     Si on laisse le verre déployer spontanément ses formes, tout semble se passer comme si celles-ci se cherchaient elle-même dans la matière, alors qu’elles réagissent aux hypothèses créatives auxquelles on les soumet.  C’est ainsi que je laisse le verre inventer des formes androgynes, sensuelles, résultat final d’une soumission aux lois de la pesanteur. J’ai imaginé des créatures vivantes émergeant des abysses et venant s’échouer sur le sable, lieu d’origine du verre.  Ces créatures, se déclinant du noir à la transparence ou de l’ombre à la lumière, ont drainé les impuretés que l’homme inflige à la nature et semblent nous transmettre un message, pour éveiller nos consciences à l’écologie et au respect de notre environnement.      “Les diatomées, algues unicellulaires, vivant en eau douce et marine, se protègent grâce à une coque de verre. La masse de verre qu’elles synthétisent ainsi, est nettement supérieure à la production humaine.” - L ouisette Priester Les Matériaux CNRS Edition 2008
       
     
  ORIGINE   II , 2015, 40x26x12 cm,  (Collection privée),    Photo: didierlecoq.com
       
     
  ORIGINE   IV , 2015, 35x22x10 cm, Photo: didierlecoq.com
       
     
  ORIGINE   VI , 2015, 50x18x10 cm, Photo: didierlecoq.com
       
     
  ORIGINE   VIII , 2015, 34x20x8 cm, (Collection privée)   Photo: didierlecoq.com
       
     
  Installation , 2015, Photo: didierlecoq.com     Si on laisse le verre déployer spontanément ses formes, tout semble se passer comme si celles-ci se cherchaient elle-même dans la matière, alors qu’elles réagissent aux hypothèses créatives auxquelles on les soumet.  C’est ainsi que je laisse le verre inventer des formes androgynes, sensuelles, résultat final d’une soumission aux lois de la pesanteur. J’ai imaginé des créatures vivantes émergeant des abysses et venant s’échouer sur le sable, lieu d’origine du verre.  Ces créatures, se déclinant du noir à la transparence ou de l’ombre à la lumière, ont drainé les impuretés que l’homme inflige à la nature et semblent nous transmettre un message, pour éveiller nos consciences à l’écologie et au respect de notre environnement.      “Les diatomées, algues unicellulaires, vivant en eau douce et marine, se protègent grâce à une coque de verre. La masse de verre qu’elles synthétisent ainsi, est nettement supérieure à la production humaine.” - L ouisette Priester Les Matériaux CNRS Edition 2008
       
     

Installation, 2015, Photo: didierlecoq.com

 

Si on laisse le verre déployer spontanément ses formes, tout semble se passer comme si celles-ci se cherchaient elle-même dans la matière, alors qu’elles réagissent aux hypothèses créatives auxquelles on les soumet.

C’est ainsi que je laisse le verre inventer des formes androgynes, sensuelles, résultat final d’une soumission aux lois de la pesanteur. J’ai imaginé des créatures vivantes émergeant des abysses et venant s’échouer sur le sable, lieu d’origine du verre.

Ces créatures, se déclinant du noir à la transparence ou de l’ombre à la lumière, ont drainé les impuretés que l’homme inflige à la nature et semblent nous transmettre un message, pour éveiller nos consciences à l’écologie et au respect de notre environnement.

“Les diatomées, algues unicellulaires, vivant en eau douce et marine, se protègent grâce à une coque de verre. La masse de verre qu’elles synthétisent ainsi, est nettement supérieure à la production humaine.” - Louisette Priester Les Matériaux CNRS Edition 2008

  ORIGINE   II , 2015, 40x26x12 cm,  (Collection privée),    Photo: didierlecoq.com
       
     

ORIGINE II, 2015, 40x26x12 cm, (Collection privée),

Photo: didierlecoq.com

  ORIGINE   IV , 2015, 35x22x10 cm, Photo: didierlecoq.com
       
     

ORIGINE IV, 2015, 35x22x10 cm, Photo: didierlecoq.com

  ORIGINE   VI , 2015, 50x18x10 cm, Photo: didierlecoq.com
       
     

ORIGINE VI, 2015, 50x18x10 cm, Photo: didierlecoq.com

  ORIGINE   VIII , 2015, 34x20x8 cm, (Collection privée)   Photo: didierlecoq.com
       
     

ORIGINE VIII, 2015, 34x20x8 cm,(Collection privée)

Photo: didierlecoq.com